Pourquoi avoir un broyeur

Parce qu’il est interdit de brûler les déchets verts

Même sur un petit terrain, on a vite une grande quantité de ce qu’on appelle des « déchets verts » : déchets de taille, tontes de gazon… Il est bien triste d’appeler tout cela des déchets alors que c’est une richesse… Cependant, il semble que beaucoup de personnes ne sachent pas quoi en faire, d’où ce terme de « déchets ».

Pour s’en débarrasser, certains les brûlent, ne sachant sans doute pas qu’il est interdit d’enfumer ses voisins, leur linge en train de sécher et risquer en plus un début d’incendie. Vous pouvez bien sûr entasser vos « déchets de taille » dans une remorque pour les emmener à la déchetterie, mais franchement, c’est du gâchis !

Parce que le broyat de branchages verts, c’est de l’or !

Le BRF est à la mode. Voilà une technique réellement révolutionnaire ! BRF, cela veut dire Bois Raméal Fragmenté. Je ne vais pas vous faire un cours sur le BRF, le meilleur livre sur le sujet à ma connaissance est « De l’arbre au sol, les Bois Raméaux Fragmentés » de Asselineau et Domenech, Editions du Rouergue. Pour faire un résumé très succinct, broyer vos branchages de moins de 6 cm de diamètre et épandre ce broyat dans votre potager, autour de vos arbres et arbustes, c’est transformer votre terrain pour y accueillir les champignons dont on s’est aperçu depuis peu qu’ils sont à la base du réseau alimentaire de la vie du sol. En clair, apporter du broyat sur le sol de votre terrain, c’est booster la vie du sol, qui est en fait la seule chose dont vos plantes ont besoin pour croître et être en pleine santé. (Je ne ferais pas ici un cours sur ce sujet passionnant)

Mycelium
Mycelium

Utilisations au potager

Le risque d’épandre du BRF dans votre potager est d’avoir une « faim d’azote ». C’est-à-dire de mobiliser tout l’azote de votre sol à décomposer le broyat et priver ainsi vos légumes de l’azote indispensable pour pousser. Pour limiter ce phénomène, vous pouvez simplement poser le BRF sans l’incorporer, semer des légumineuses qui n’ont pas besoin de l’azote du sol grâce à leurs bactéries ou mettre d’abord une couche de compost avant le BRF. De mon expérience actuelle, le BRF fonctionne bien pour pailler les légumineuses (pois, haricots) et les fraisiers adorent. L’épaisseur maximum recommandée est de 3 cm à renouveler tous les 3 ans ou 1 cm tous les ans.

Vous pouvez aussi mettre le broyat dans le compost, ce qui apportera les matières ligneuses indispensables à un compost équilibré.

Utilisations pour arbres et arbustes

Pour eux, vous pouvez aller jusqu’à 5 cm et même 8 cm d’épaisseur pour les arbres fruitiers. Comme les arbres vivent dans un milieu riche en champignons, le BRF, ils adorent. J’ai augmenté significativement ma récolte de cassis depuis que j’épands du BRF à leurs pieds. Attention cependant à ne pas coller une telle épaisseur contre les troncs, cela risquerait d’entraîner une pourriture.

Broyer toute l’année

Des branchages, vous pouvez en avoir toute l’année : taille de haies, taille d’arbres fruitiers… Ce qui est pratique, c’est que vous pouvez broyer les branchages feuillus sans problème. Au contraire, vous obtenez du coup un BRF plus riche grâce au « vert » des feuilles en plus du « brun » des branchages. Et vous pouvez épandre toute l’année aussi, sauf si le sol est détrempé (il est d’ailleurs déconseillé de mettre du BRF sur des sols très humides).

Peut-on utiliser des broyats de tous les arbres et arbustes ?

Il est déconseillé d’utiliser des résineux (y compris thuyas) et les lauriers. Sinon, tout est possible si c’est un mélange.

Acheter un vrai broyeur

Maintenant que vous êtes convaincus de l’intérêt d’utiliser un broyeur, ne vous précipitez pas pour acheter n’importe quoi. Même si vous avez un petit jardin, le « petit broyeur » n’est pas un bon plan. Mon premier broyeur ne broyait pas vraiment, il se contentait de bourrer tout le temps. Du coup, cela prenait un temps fou pour un résultat plus que médiocre. J’ai donc acheté un « vrai broyeur » chez un professionnel de machines pour espaces verts. Il est électrique, alors que beaucoup vous déconseilleront un appareil qui ne soit pas thermique. Broyer est maintenant un vrai plaisir (si, si!) : cela va vite, il y a rarement un bourrage, le résultat est impeccable. C’est comme pour (presque) tout, cela vaut le coup de mettre le prix pour du matériel de qualité qui fonctionne bien et pour longtemps.

Vu l’usage que l’on en a, cela peut valoir le coup d’en acheter un à plusieurs. La location est rarement une option au prix où elle est. Certaines communes ou associations prêtent un broyeur aux particuliers, c’est une excellente initiative.